La vraie histoire derrière le drame du diadème de mariage de Meghan Markle

  • Marie Claire est soutenue par son public. Lorsque vous achetez via des liens sur notre site, nous pouvons gagner une commission sur certains des articles que vous choisissez d'acheter.

  • La nouvelle biographie royale sur Meghan Markle et le prince Harry, Trouver la liberté, continue de faire des vagues depuis que des extraits ont commencé à être publiés dans les journaux du monde entier le week-end dernier.

    Un extrait partagé par Gens a révélé qu'au début de leurs rencontres, un collier porté par Meghan Markle avait suscité une controverse au palais, qui aurait déclaré qu'il recherchait trop d'attention.

    Les auteurs du livre, les correspondants royaux Omid Scobie et Carolyn Durand ont également mis en lumière le drame présumé entourant le choix de la tiare de Meghan pour le jour de son mariage.

    Nous savons tous qu'elle portait le magnifique diadème bandeau art déco Queen Mary, que le prince Harry l'a aidée à choisir. Mais ce n’était pas son premier choix, car elle en voulait au départ un contenant des émeraudes. La rumeur dit que cela a été refusé car personne ne savait vraiment d'où venait la tiare.

    Une source a déclaré à l'époque: «Il y a eu un échange très houleux qui a incité la reine à parler à Harry. Elle a dit: «Meghan ne peut pas avoir ce qu'elle veut. Elle reçoit la tiare qu’elle m'a donnée ».»

    Le nouveau livre ajoute plus de détails au drame, affirmant que c’était en fait Angela Kelly, la commode de la reine, qui avait «délibérément traîné les pieds» dans le processus et avait peut-être influencé la décision de Sa Majesté.

    Le couple a nié avoir participé au livre, donc bien sûr cet incident n'a pas été confirmé. Un représentant du couple a déclaré dans un communiqué: «Le duc et la duchesse de Sussex n'ont pas été interrogés et n'ont pas contribué à Finding Freedom. Ce livre est basé sur les propres expériences des auteurs en tant que membres de la presse royale et sur leurs propres reportages indépendants. »