Nous ne pouvons pas laisser la menace de Covid-19 distraire du besoin de plus de diversité dans les arts

  • Marie Claire est soutenue par son public. Lorsque vous achetez via des liens sur notre site, nous pouvons gagner une commission sur certains des articles que vous choisissez d'acheter.

  • La diversité dans l’industrie créative n’est pas une «bonne chose», mais une question de justice sociale. C'est pourquoi Alex Pleasants et Joanna Abeyie, co-fondatrices du Groupe parlementaire multipartite pour la diversité créative, ont pour mission de changer le paradigme dans l'ère artistique post-pandémique

    On ne peut nier qu'en matière de diversité, l'industrie créative est toujours en chantier. Il est choquant de constater que jusqu'à 92% des principaux chefs de file du théâtre au Royaume-Uni sont blancs – avec seulement 10,9% des postes créatifs occupés par des personnes BAME. En plus de cela, seulement 5% de ces candidats s'identifient comme handicapés.

    Les arts et la culture jouant un rôle crucial dans le rapprochement des communautés, il est essentiel de construire une industrie créative vraiment représentative du Royaume-Uni – en particulier à une époque où tant d'entre nous sont unis par les paroles rassurantes de nos auteurs, scénaristes et dramaturges.

    Ce n'est un secret pour personne que la pandémie a plongé les arts dans une crise sans précédent – mais il est important de veiller à ce que, au fur et à mesure que les organisations créatives se reconstruisent et se rétablissent, la discussion sur la diversité ne sera pas laissée de côté.

    Le Groupe parlementaire multipartite pour la diversité créative (APPG) a pour mission de mettre en lumière cette question.

    Créé en avril de l'année dernière par Alex Pleasants – ancien conseiller politique principal d'Ed Vaizey MP – et Joanna Abeyie – fondatrice et PDG de Blue Moon, le cabinet de conseil en diversité et de recherche de cadres – l'APPG vise à collaborer avec le gouvernement et l'industrie pour identifier et éliminer les obstacles à diversité dans le secteur créatif.

    Joanna Abeyie (extrême gauche) et Alex Pleasants (deuxième à droite) avec le Dr Dave O’Brien de l'Université d'Édimbourg (deuxième à gauche) et Eliza, une représentante du Policy and Evidence Centre (extrême droite)

    Le groupe, qui est actuellement coprésidé par l'ancienne danseuse et pair principale du Royal Ballet Deborah Bull et le député travailliste Chi Onwurah, se lance dans un projet de recherche d'un an qui cherche à détailler la variété des façons dont l'industrie peut s'engager avec un large et éventail diversifié de talents.

    En partenariat avec le King's College de Londres, l'Université d'Édimbourg et le Creative Industries Policy and Evidence Centre, l'APPG sollicite l'aide des créatifs de toutes les industries créatives, en leur demandant d'envoyer des preuves des meilleures stratégies – «  ce qui fonctionne '' – pour défendre la diversité dans ce secteur.

    La recherche est en cours de collecte via un processus de soumission en ligne, l'APPG demandant aux participants d'envoyer par e-mail des preuves de «ce qui fonctionne pour intégrer des approches inclusives des talents dans les entreprises créatives» pour diversitéappg@gmail.com.

    Le projet vise également à construire des approches durables des opportunités et de l'accès pour ceux issus de milieux sous-représentés. Cet objectif sera atteint grâce à une série de tables rondes tout au long de 2020/21, initialement au-dessus de Zoom.

    Une fois que le groupe aura rassemblé suffisamment de preuves (estimées d'ici l'été 2021), il formulera des recommandations pour le secteur et le gouvernement sur la manière d'améliorer la diversité dans les industries créatives.

    Reconnaissant la menace que Covid-19 fait peser sur les arts, Bull a évoqué la nécessité de «redoubler d'efforts» pour identifier les moyens de résoudre le problème de la diversité.

    Elle a déclaré: «Les industries créatives sont devenues une réussite au Royaume-Uni, contribuant de manière significative à l'économie britannique et à notre réputation dans le monde. Les arts et la culture jouent un rôle crucial dans le rapprochement des communautés en ces temps difficiles et joueront un rôle dans le rétablissement de notre nation. »

    «Les carrières créatives continueront d’avoir beaucoup à offrir – notamment en raison de leur résistance à l’automatisation – et pourtant, l’accès à ces carrières reste inégal. Cela continue d'influencer le travail qui est produit, dont il représente les voix et, finalement, qui compose le public. »

    Elle a ajouté: "J'ai hâte de travailler avec des collègues de tous les coins du Parlement et au-delà pour améliorer les opportunités afin que chacun, quelle que soit sa formation, ait un accès égal à envisager une carrière créative."

    Le coprésident de Bull, Chi Onwurah, député, a déclaré: «Les industries créatives sont un élément essentiel de notre culture et de notre économie. Mais ils ne représentent pas notre pays. Ce travail nous aidera à identifier ce qui fonctionne le mieux pour changer cela. »